CNAS: Un nouveau service de conventionnement via le web

0
176

La Caisse nationale des assurances sociales (CNAS) a lancé sur son portail web un nouveau service de conventionnement en ligne pour une meilleure prise en charge de ses assurés sociaux, a indiqué mardi 23 mai, son Directeur général, Tidjani Hassan Haddam.

L’application web www.pnc.cnas.dz destinée à la gestion électronique des relations contractuelles avec les professionnels de santé, permettra aux assurés sociaux de s’informer sur l’état d’avancement de leur demande de prise en charge relative, notamment, à la chirurgie cardiovasculaire, a précisé M. Haddam lors d’une journée d’information sur ce portail web.

En plus du téléchargement de tout types de documents médicaux et administratifs, ce service permet au personnel médical des cliniques de chirurgie cardiovasculaire et des centres privés d’hémodialyse de s’informer et d’échanger en temps réel avec les assurés sociaux et les partenaires de la CNAS.

Ce projet qui s’inscrit dans le cadre d’un plan de modernisation du système de la sécurité sociale de la Caisse et la mise en œuvre du plan stratégique 2017-2019, vise à améliorer les prestations destinées aux assurés sociaux et à “veiller continuellement à l’humanisation des relations avec ses usagers dans le cadre du système tiers payant”, a souligné M. Haddam.

Toutefois, l’amélioration la qualité de l’accueil physique et téléphonique des usagers revêt une importance particulière pour la CNAS qui accorde une attention “particulière” au “bon accueil” et à l’allègement des procédures de prise en charge de toutes les catégories des assurés sociaux et de leurs ayants-droit.

Dans ce contexte, M. Haddam a indiqué que près de “13 millions de cartes “Chifa” ont été établies pour plus de 35 millions de bénéficiaires (assurés sociaux et ayants droit) et que son système de conventionnement regroupe “quelques 11.000 officines pharmaceutiques, plus de 3.200 médecins traitants, 19 cliniques privées de chirurgie cardiovasculaire, 168 centres d’hémodialyse et 320 entreprises de transport sanitaire”.