Entrepreneuriat féminin: Faible taux de participation sur le marché du travail

0
117

a faible présence des femmes dans la vie active est due aux difficultés à accéder à l’emploi et aux spécificités socioculturelles qui ne favorisent pas le développement de l’entrepreneuriat féminin selon les résultats d’une étude menée par l’Association des Femmes en Economie Verte (AFEV) sur l’entrepreneuriat féminin dans deux communes de l’algérois «Bouzareah» et «Alger centre», a indiqué le présidente de l’association Karima Berguel.
Les causes de ce faible taux de participation des femmes est dû essentiellement à «la pression de la société et l’influence des stéréotypes traditionnels à l’égard des femmes entrepreneures ainsi que les contraintes culturelles» a précisé la présidente de l’AFEV lors d’une journée d’information et de vulgarisation sur le développement de l’entrepreneuriat féminin en Algérie, organisée le 13 mai à l’école supérieure de la sécurité sociale de Ben Aknoun.
«Les femmes entrepreneurs finissent par abandonner leurs projets soit par crainte de risque engendré soit par contraintes familiales et la difficulté de concilier entre vie sociale et vie professionnelle» a ajouté Mme Berguel.
Organisée sous le haut patronage du ministrere de la solidarité nationale, de la famille et de la condition de la femme et financée par le Ministère français des Affaires étrangères et du Développement international (MAEDI), cette étude s’inscrit dans le cadre du renforcement des capacités des acteurs de l’égalité femmes-hommes dans le cadre de l’Axe 1 du projet «Femmes d’avenir en Méditerranée» du Fonds de Solidarité Prioritaire, a fait savoir Mme Berguel.
L’étude en question qui vise à diagnostiquer et booster l’entrepreneuriat féminin dans les deux communes en se focalisant sur les contraintes et les défis de ses femmes à créer leurs entreprises, identifier les «success stories», vise à mettre à profit les expériences vécues sur le terrain ainsi que les actions menées par les institutions locales et la société civile pour la promotion de l’entrepreneuriat féminin.
Cette étude a été réalisée par L’AFEV en sa qualité de chef de file du pôle local d’acteurs de l’égalité hommes-femmes-cycle2 en partenariat avec la Chambre de commerce et d’industrie Mezghena, le Centre de Recherche en Economie Appliquée pour le Développement (CREAD), les APC de Bouzareah et d’Alger centre, les associations œuvrant pour l’émancipation et la protection des droits de la femme (Djazairouna et Femmes en communications) et le Journal de l’emploi en tant que partenaire média.
Pour les besoins de l’enquête, le choix s’est porté sur des étudiantes et des femmes n’ayant pas encore crée leur activité et d’autres qui sont en déjà en activité de deux localités distinctes, à savoir le quartier «El-idrissi» à Bouzareah réputé pour être conservateur ou se développe une activité de femmes dans le secteur informel et le quartier «Didouche mourad» réputé pour être moderne et caractérisé par une forte activité féminine.
«Dans une première phase, ce pôle local d’acteurs de l’égalité hommes-femmes a impulsé une action pilote de mobilisation des acteurs de son territoire autour du thème de l’entrepreneuriat féminin, qui se présentait sous forme d’activités d’échanges, de collecte de données, de consultations, de réflexion et de partage d’expériences. Dans une seconde phase, une enquête a été élaborée avec la collaboration de tous les partenaires (les APC, la CCI l’AFEV, et une consultante du CREAD) pour établir un état des lieux de la présence de la gente féminine dans l’espace public» a précisé la présidente de l’AFEV.
Des recommandations pour la promotion de entrepreneuriat féminin ont été proposées à la fin de cette rencontre qui a vu la participation des représentants de l’OIT, du PNUD, des autorités locales et des représentants d’associations des deux communes