Zahir Battache : “Nul n’est censé ignorer la loi”

0
2766

Journaliste, auteur et producteur d’émissions radiophoniques notamment celles ayant trait au monde du travail sur les ondes de la radio nationale, avant d’entamer une longue carrière dans les secteurs du travail, de l’emploi et de la formation, de la protection et sécurité sociale. Zahir Battache a sorti son 1er ouvrage “Guide pratique des Salaires” chez les éditions BERTI, nous parle de cette expérience:

guide-pratique-des-salaires-algerie
Guide pratique des Salaires

Le journal de l’emploi: Vous avez édité récemment le «Guide pratique sur les salaires». Pour une première en Algérie, vous faites une rétrospective du salaire depuis les années 1900 jusqu’à nos jours. Qu’en est-il exactement ?

Zahir Battache: Tout d’abord, je remercie votre journal de m’avoir donner cette occasion car ces questions doivent d’abords trouver leur place dans les médias avec leurs différents segments pour dire que la vulgarisation est un préalable à toute politique ayant trait au monde du travail. La question des salaires comme toutes les questions relatives au monde du travail a été éloignée et s’affiche depuis longtemps comme le parent pauvre dans le domaine de la production académique en plus du manque d’encouragements à la réflexion afin d’enrichir le débat et contribuer à l’effort national en la matière. Une situation qui d’après moi, ne pourrait durer car le sort de tout un pays ne s’améliore qu’à travers la participation active de ses propres enfants. S’ajoute à cela la disparition dans le silence d’une génération connue pour sa maitrise du domaine laissant un vide sur la scène nationale, qu’une telle réflexion (le guide pratique sur les salaires NDLR) est venue combler juste une partie insignifiante.

Pour revenir à la question des salaires, ce guide n’est qu’une première dans le sens qu’il apporte avec modestie les réponses aux préoccupations fondamentales inhérentes aux « portes-feuilles » des ménages, une question importante à tous les niveaux de l’économie d’un pays, de l’équilibre général, de la bonne marche de l’entreprise et du bien être du travailleur toujours en quête d’un pouvoir d’achat décent et par conséquent une vie meilleure. Cette contribution est avant tout une occasion pour remonter dans le temps et contribuer à replacer un bout de notre mémoire et dire ainsi que les combats pour la souveraineté se sont aussi ces divers sacrifices des travailleuses et travailleurs d’où cette rétrospective depuis le début du siècle dernier.

Ce guide pratique s’adresse à tous les salariés, les entreprises, les syndicats et le patronat. En un mot, il s’adresse au monde du travail. Et là, vous évoquez le SNMG en particulier. Pourquoi ?

La question des salaires est multi forme, le travailleur et sa famille dépendent presque entièrement du salaire pour tous les besoins de la vie quotidienne (nourriture, habillement, logement,…). Les préoccupations de ces derniers ont été mises au clair dans ce guide pratique par des réponses d’appoint depuis l’aménagement de la relation contractuelle en passant par les différentes évolutions de la relation de travail jusqu’à sa cessation.

Les cas de mise en disponibilité, de  détachement, de démission, licenciement, compression des effectifs en passant par les conditions de travail tel que le partage du travail, les heures supplémentaires, le travail à domicile, le travail à temps partiel, le travail de nuit et le travail posté,… ont été minutieusement étalées et référencées par rapport aux textes législatifs et règlementaires donnant par la même, l’occasion aux institutions et entreprises (nationales et internationales), gestionnaires des ressources humaines et des finances en général, les associations professionnelles, les organisations syndicales et patronales de se référer en cas de litige, conflits et contentieux en matière de salaires, en plus de la partie spécialement consacrée aux différentes retenues et fiscalité applicables.

Le salaire national minimum garanti, revêt quand à lui une importance capitale au delà de sa définition comme étant le salaire en dessous duquel aucun salaire ne doit être versé à un travailleur, il sert de base de calcul à plusieurs éléments et droits pour ne citer que les droits liés aux cotisations de sécurité sociale, accidents de travail et maladies professionnelles, aux aides sociales et aides publiques de solidarité, les aides de l’État au titre de l’habitat, les bourses d’enseignement, l’assistance judiciaire et le travail carcéral et même pour ce qui concerne les saisies des salaires et les ressources financières des partis politiques,…

Vous évoquez également les régimes indemnitaires applicables dans tous les secteurs d’activité. Qu’en est-il de cet aspect tant décrié par les travailleurs qui ignoraient jusqu’ici leurs droits ?

Vous l’avez bien dit mais avec juste une petite nuance, pour moi les travailleurs n’ont pas été suffisamment informés, la revalorisation des salaires n’a jamais été la solution au contraire il faut injecter les augmentations dans le pouvoir d’achat du citoyen, à quoi sert un salaire très élevé lorsqu’on achète à des prix exorbitants, l’expérience nous a démontré l’inefficacité de toute politique salariale qui ne prend pas en considération tous les éléments notamment le pouvoir d’achat généré par les salaires. Pour les régimes indemnitaires il ya un chemin qui a été parcouru jusque là et beaucoup reste à faire…Il ne faut surtout pas oublier que le régime indemnitaire est un élément indissociable du salaire, le guide vient clarifier sa composition, son attribution, les cotisations de sécurité sociale et la fiscalité applicables aux primes et indemnités.

Une partie qui n’est pas des moindres est consacrées aux régimes indemnitaires des fonctionnaires appartenant aux institutions et administrations publiques au moindre détail et actualisé au 31 décembre 2015 avec la présentation des taux y afférents et les catégories professionnelles concernées afin que les travailleurs puissent s’enquérir d’eux même de leurs droits en la matière et par la même donner l’occasion a leurs représentants éventuellement de comparer l’une ou l’autre prime et indemnité attribuée dans tel ou tel secteur.

Qu’avez vous à dire aux salariés de manière générale et aux nouvelles recrues, souvent victimes des CDD (contrat à durée déterminée), surexploités, virés et sans lendemain sur un marché du travail en pleine croissance ?

Pour les salariés de manière générale je leurs dit que nul n’est censé ignorer la loi et c’est pour cela qu’ils doivent prendre leur destins en main, défendre leurs droits bec et angle et préserver leurs acquis par tous moyens légaux. Le monde du travail est un monde souvent en gestation, il y a des haut et des bas mais le secret réside dans la faculté de discernement et de compréhension. Pour les nouvelles recrue, la question ne réside pas réellement dans la formule CDD ou CDI mais dans la capacité de négocier son statut et avant cela il faut lister ses réussites et mettre en exergue son potentiel (expériences et formations) surtout lorsqu’il s’agit d’entretiens d’embauches, en somme être d’abord convaincu pour convaincre car négocier un travail c’est réellement négocier un salaire,… et ce n’est pas un bras de fer.

Biographie de l’auteur

Zahir Battache, né le 28 juin 1969 à Seddouk dans la Willaya de Béjaia. Diplômé en sciences de l’information et de la communication. Journaliste, auteur et producteur d’émissions radiophoniques notamment celles ayant trait au monde du travail sur les ondes de la radio nationale, avant d’entamer une longue carrière dans les secteurs du travail, de l’emploi et de la formation, de la protection et sécurité sociale. Une large carrière à l’Inspection du Travail, formateur à l’Institut National du Travail. Consultant pour plusieurs entreprises publiques et privées.