Emploi des jeunes: Clôture du programme accélérateur d’emploi «Mahara’TY»

La start-up Business Wise a organisé, le 24 Mai au niveau du Sylabs d’Alger, un atelier de clôture du programme accélérateur d’emploi « MAHARA’TY » pour présenter les résultats de la phase pilote réalisée au niveau de la wilaya d’Oran.

Mahara’TY qui veut dire « Mes compétences » est un programme de formation, soutenu par le programme MATRA du Royaume des Pays Bas, au profit des jeunes diplômés pour
« améliorer leur employabilité et accroître leur niveau de compétitivité pour une insertion efficiente sur le marché du travail», a expliqué le fondateur de Business Wise M’Hamed Koudimi lors de cette rencontre.
Effectué au niveau de 7 établissements d’enseignement supérieur et de formation professionnelle, le projet a accompagné des jeunes diplômés primo-demandeurs d’emploi dans le but de « découvrir et développer leurs compétences personnelles et professionnelles pour améliorer leur employabilité, dynamiser la création d’activité au niveau local via l’implication des dispositifs d’appui et impulser ainsi une dynamique d’entrepreneurs sociaux locaux» a ajouté l’initiateur de Mahara’TY.
M. Koudimi a fait savoir également, qu’à l’issue de ce cycle de formation 70 % des personnes accompagnées ont signé des contrats de travail (CDI),
20 % d’entre eux se sont lancés dans la création d’entreprise alors que 10 % ont décidé de poursuivre leurs études.
Cette rencontre était, notamment, l’occasion pour Business Wise de présenter le nouveau Guide Mahara’TY pour l’Insertion professionnelle des jeunes ainsi que le résultat d’une étude nationale, menée sur 45 wilayas, sur le marché de l’emploi en Algérie.
Cette étude, soutenue par le Réseau des Alumni de la Middle East Partnership Initiative (MEPI) à travers l’Ambassade des Etats Unis à Alger, a fait un état des lieux du secteur de l’emploi et a préconisé des recommandations qui faciliteront les démarches d’insertion sur le marché du travail et l’amélioration des procédures d’offres d’emploi et la gestion des ressources humaines pour les recruteurs.
La participation a couvert la quasi-totalité des wilayas soit 45 sur 48. Le plus grand nombre de réponses reste néanmoins concentré dans les grandes villes, avec en tête de liste Alger où la participation a été de l’ordre de 46%, puis Oran et Blida avec un peu plus de 30%, Tizi Ouzou avec 26% et Béjaia, Constantine, Annaba et Sétif, indique l’étude.
Le questionnaire destiné aux chercheurs d’emploi et aux recruteurs, a été renseigné par 519 personnes dont 44 3 sont des chercheurs d’emploi et 76 des recruteurs. Les recruteurs du secteur privé représentent 32.8%. Sur l’ensemble des entreprises 45% sont de grandes entreprises, 34.2% sont des PME/PMI et le reste sont des TPE.
Sur l’ensemble des recruteurs plus de 72% sont à la recherche d’employés.
La participation des femmes a été forte, elles représentent plus de 45% des réponses et dans la wilaya d’Alger plus importante que celle des hommes.
La population ciblée est une population de jeunes qui ont entre 18 et 30 ans. Ils sont 39% dans la tranche d’âge de 18 à 24 ans le reste ont entre 25 et 30 ans.
46% sont à la recherche d’emploi depuis moins de six mois, 15% depuis moins de 18 mois, et 12% depuis plus de 24 mois dont plus de la moitié au-delà de 36 mois.
Parmi les chercheurs d’emploi 21% ont suivi une formation en Techniques de le cherche d’emploi (TRE), ils représentent la tranche de recherche de moins de six mois. Pour ceux qui n’ont pas suivi la formation en TRE, 25% trouvent des difficultés à rédiger un CV et/ou une lettre de motivation.
La grande majorité utilise les moyens de transport publics (bus), ils sont 16% à posséder un véhicule personnel et se déplacent dans un rayon supérieur à 40km.
Dans le cadre de leur recherche d’emploi, en grande majorité, les jeunes passent par les dispositifs publics tels que l’ANEM ainsi que les pépinières d’entreprises, l’ANGEM et l’Ansej pont lu création d’activités, soit un peu plus de 27%. Viennent ensuite par degré d’importance, les sites d’emploi sur le net, les associations et les réseaux. A noter que la presse a perdu de son importance dans ce domaine, aucune réponse.
Ces chiffres viennent confirmer l’évolution majeure des usages en termes de recrutement et de recherche d’emploi, où Internet est devenu un média de recrutement important après l’obligation de s’inscrire à l’ANEM pour bénéficier des avantages qu’offrent le dispositif.
Ils sont plus de 38% à vouloir créer une activité et 32% l’envisage comme alternative, soit 70% des jeunes qui déclarent réfléchir sérieusement à travailler pour leur propre compte.
Dans la catégorie ceux qui ont répondu oui à la création d’activité, 60% sont en phase de montage de leur plan d’affaire, pour le reste ils sont au stade de l’idée de projet et/ou de maturation de cette idée.
A la grande majorité (90%) les jeunes éprouvent de grandes difficultés à trouver de l’information sur le secteur d’activité dans lequel ils souhaitent créer leur entreprise et par conséquence à monter une bonne étude de marché. Ils estiment que le lien avec l’entreprise devrait se faire via les associations professionnelles, l’université et les dispositifs en charge de l’emploi et de l’entreprenariat.
Ils sont aussi unanimes à constater qu’il est difficile, voire très difficile d’accéder aux organismes d’appui à la création d’entreprise et 60% pensent que le secteur privé serait facilitateur dans ce segment à travers les bureaux d’études, les cabinets conseils, les entreprises, les associations professionnelles, la diaspora, la coopération et les réseaux sociaux.
Les mécanismes auxquels ont recours les recruteurs sont d’abord l’Agence Nationale de l’Emploi (46%), ensuite les sites d’emploi (plus de 18%), et les réseaux (10%), les associations et le secteur de la formation professionnelle/enseignement supérieur ont le même poids avec un peu plus de 7%.
Pour les profils recherchés par les recruteurs, nous avons relevé que 60% des employeurs donnent la priorité aux compétences techniques et managériales, ensuite à une moindre mesure au relationnel et au leadership et 10% pour le marketing et le commercial.

Quelles consequences sur toutes nos relations lorsque nous reagissons via nos blessures emotionnelles. viagra femme 2014, sans ordonance http://pharmacie-vanhille.fr/articles/prix-du-medicament-propecia.html. cialis sans ordonance, generique viagra france – ou acheter du cialis paris Fort-de-France